Retour à l'accueil

retour.gif (1062 octets)


Première  - L'étude de documents en histoire

Méthodologie
Sujets : exemples et corrigés

 

wpe16.jpg (854 octets)  Méthodologie de l'étude de documents - Conseils et rappels.

Les trois phases de l'étude de documents :

1) Présenter les documents - 2)  Sélectionner, classer et confronter les informations historiques tirées de l'ensemble de ces documents et les regrouper par thèmes (analyse thématique) - 3) Rédiger, en réponse au sujet proposé, une synthèse argumentée d'environ 300 mots, en faisant appel aux informations rassemblées

1 - Conseils pour la présentation des documents : opérer des regroupements judicieux entre les documents, à la fois sur des bases thématiques (leur intérêt par rapport au sujet et à sa problématique), et compte tenu de leur nature (sources officielles, discours, documents satiriques, statistiques, etc.). Il est tout à fait déconseillé de présenter les documents dans l'ordre où ils apparaissent (doc. 1 puis 2, 3, etc.)  et d'en paraphraser la présentation. Une présentation sous forme de tableau parait donc inutile. 

2 - Conseils et propositions pour l'analyse thématique :
utiliser les deux pages centrales de la copie en présentation "paysage" (format A3 horizontal) ; prévoir les limites verticales des colonnes mais garder des marges et de la souplesse avant de fixer les limites horizontales du tableau pour pouvoir les ajuster en fonction des contenus. D'une manière générale, bien aérer cette présentation. La présentation sous forme d'un tableau n'est cependant pas impérative : il est possible de faire une présentation rédigée et hiérarchisée. Certains proposent des formulations très minimalistes des contenus du tableau. Je vous conseille de vous efforcer de rédiger de manière plus élaborée : vous serez mieux armés pour rédiger la synthèse. Par ailleurs un tableau trop laconique, minimaliste,  n'est pas très évaluable par le correcteur. 
Le nombre de thèmes varie de deux à quatre (c'est un maximum, au-delà, ce serait signe de difficultés à voir l'essentiel). Certains thèmes peuvent n'être traités que par quelques documents (rarement un seul cependant mais c'est envisageable). Voir les exemples ci-dessous. Les intitulés des thèmes doivent être explicites. 

3 - Conseils pour la rédaction de la synthèse : Faire des comptages sur copies manuscrites pour voir ce que représentent 300 mots (ordre de grandeur) avec votre écriture - S'inspirer des thèmes dégagés dans la phase précédente pour construire la synthèse- Prendre appui sur les informations précises issues directement des documents (dont il n'est pas souhaitable de désigner la source puisque c'est l'objet de la phase précédente). La synthèse ne doit pas devenir une composition et ne justifie pas d'introduction comparable (une seule phrase de "mise en situation" suffit). Éviter les propos "hors documents". Soigner la qualité de l'expression : claire, concise, efficace.

retourentête.gif (1063 octets)

wpe1.gif (9037 octets)

Intitulé du sujet

Références, sources

L'internationalisation de la crise : manifestations, conséquences.

Bréal - pp. 250 - 251

La gauche française de l'union à la désunion (Congrès de Tours) Sujet adapté.

Bertrand-Lacoste pp. 246-247

Dans quelle mesure, de quelle manière le New Deal fut-il un moyen efficace de lutte contre la crise aux États-Unis dans les années 30 ? 

Nathan - pp. 86-87

La Russie soviétique vue par ses visiteurs : images ou réalités ? D'après les documents proposés par le manuel te
Bertrand Lacoste pp. 212 - 213


wpe16.jpg (854 octets)  L'internationalisation de la crise : mécanismes, manifestations, conséquences - La synthèse

wpe17.jpg (854 octets) Les difficultés, maladresses d'expression - Travail de remédiation - Comment le dire ? Modifier, améliorer les expressions suivantes :

- La crise économique débarque aux États-Unis - La dépression économique s'installe - ... Une forte descente des prix de gros - Les échanges commerciaux baissent énormément - Cela entraîne un échange commercial très difficile - La crise économique s'est accrue - La crise mondiale s'étant caractérisée au début par .. - Ces pays ne produisent plus car ils n'ont plus d'argent - Les États-Unis reprennent les capitaux placés en Europe
- La crise naît en Europe d'un essoufflement de la croissance car elle ne parvenait pas à suivre le rythme de la progression économique. - Le retrait des capitaux amène à l'aggravation de la crise - La contraction du commerce mondial est divisé par trois de 29 à 32 - Les capitaux baissent de plus en plus de 1929 à 1932
- Tous les pays furent plongés dans l'ampleur du phénomène - De la naissance de la crise vont s'enchaîner des mécanismes


wpe17.jpg (854 octets) Les difficultés à maîtriser les relations de causalité - A l'origine de contresens, voire de non-sens. Exemples de propositions à modifier :

- On observe une baisse des échanges occasionnée par une chute d'achats de matières premières.
- La production industrielle s'effondre à cause du phénomène de surproduction
- La déflation est due principalement à une baisse de la production industrielle d'environ 50%
- La crise a fait chuter les prix en raison d'une trop forte surproduction d'où une trop forte sous-consommation. 


Note : la meilleure remédiation : s'intéresser aux faits historiques de nature économique ; lire la presse ; écouter les informations, les journalistes ; lire et relire le manuel et le cours.

wpe17.jpg (854 octets)  Une synthèse

"Parallèlement à  la révolution industrielle, les échanges internationaux de marchandises et  de capitaux se sont considérablement développés depuis le XIXe siècle.
    Vers le milieu des années 20 la prospérité économique s'est affirmée dans le monde. Mais, dès 1928, on assiste en Europe à un essoufflement de la croissance. Aux États-Unis le krach boursier de Wall Street en octobre 1929 provoque la crise économique. Les États-Unis et l'Europe rapatrient alors leurs capitaux et réduisent leurs importations. Nous assistons à une baisse générale des investissements: ainsi, aux États-Unis, la part du PIB consacrée aux investissements est divisée par deux de 1929 à 1932.
   Les échanges commerciaux et de capitaux se trouvent  donc considérablement réduits. Soixante quinze pays voient le total de leurs échanges commerciaux divisés par 3 de 1929 à 1932. De nombreux pays exportateurs se trouvent en   situation de surproduction. D'où l'effondrement du prix des matières premières. La situation est déflationniste : de 1929 à 1932 les prix de gros baissent d'un tiers aux États-Unis, au Royaume-Uni, en France. Les entreprises réduisent donc leur production. Ainsi, aux États-Unis, la production industrielle diminue presque de moitié.
   Dans les années 1930, toutes les économies sont affectées, excepté celle de l'URSS qui se tenait à l'écart des échanges internationaux. La crise s'est donc mondialisée à l'image d'une pieuvre dont les tentacules s'étendraient sur toute la Terre.
   Le système monétaire aussi est bouleversé. La £ en 1931 et le $ en 1933 ne sont plus convertibles en or. Les monnaies dévaluent. La dépression mondiale a des effets importants sur les relations diplomatiques entre États qui vont se dégrader. Certains pays adopteront des politiques autarciques et des régimes totalitaires. La mondialisation de la crise est une des principales causes de la Seconde guerre."
(294 mots) - octobre 1998

retourentête.gif (1063 octets)

wpe1.gif (9037 octets)

wpe16.jpg (854 octets)  La gauche française de l'union à la désunion

Note : les trois premiers documents datent du congrès de Tours ; laisser de côté le deuxième paragraphe du document 6.

wpe17.jpg (854 octets) Compléments ou rappels chronologiques (pour d.s. d'entraînement et de début d'année) :

1889 - La IIe Internationale est fondée à Paris
1904 - Jaurès lance le journal L’Humanité
1905 - création de la SFIO (Section Française de l’Internationale Ouvrière) sous l’impulsion de J. Jaurès et J. Guesde
1914 - La IIe Internationale abandonne le pacifisme
1917 - Révolution russe à l’issue de laquelle les bolcheviques (du parti social-démocrate marxiste russe, futur Parti Communiste de l’Union Soviétique - PCUS) prennent le pouvoir
1919 - Ils fondent la IIIe Internationale ou Komintern.
1920 – Au congrès de Tours la SFIO se scinde en deux : une branche minoritaire qui reste attachée à la SFIO et une majorité (environ les ¾ de ses membres) qui devient SFIC (Section Française de l’Internationale Communiste), futur PCF.

L'évaluation du devoir portera principalement sur la maîtrise méthodologique, l'aptitude à  comprendre et mettre en relation les documents,  la qualité de l'expression. La synthèse ne sera pas entièrement rédigée. L'aide apportée par la chronologie d'accompagnement est destinée à limiter le poids des connaissances nécessaires pour ce premier devoir. (octobre 1998)

wpe17.jpg (854 octets)  Corrigé d'après copies d'élèves complétées (compte tenu de la progression dans le programme : certaines considérations n'étaient pas exigibles).

wpe17.jpg (854 octets) Présentation des documents - Ces documents ont tous un sujet commun. En effet ils portent sur la "gauche" en France entre les deux guerres mondiales.
    - Les trois premiers datent du congrès de la SFIO à Tours en 1920 (deux discours, une photographie de rue).  Les discours de M. Cachin et de L. Blum sont destinés à convaincre les congressistes : l'un en faveur du ralliement à la ligne de la IIIe Internationale (donc de Moscou), l'autre en faveur de l'indépendance et du maintien de l'union de la SFIO. C'est à l'occasion de ce congrès que la SFIO va se scinder en deux (SFIO et SFIC, futur PCF).
    - Les documents 4 et 6 sont postérieurs au congrès (4 et 7 ans plus tard) et montrent l'évolution des deux partis issus de la scission ainsi que l'évolution de leurs relations. Le document 4 est un programme électoral du PCF qui désormais fait campagne indépendamment de la SFIO. Le ton de Léon Blum, devenu une des principales figures de la SFIO, est différent de celui du congrès de Tours : beaucoup moins conciliant, beaucoup plus agressif à l'égard du "bolchevisme", donc du PCF. Notons que L. Blum écrit dans Le Populaire, le quotidien de l'ancienne SFIO, L'Humanité étant devenu celui du PCF.
    - Le document 5 est atypique puisque c'est une affiche électorale anticommunistes utilisée par la droite dès 1919. Son intérêt est de montrer le rôle d'épouvantail que le PCF (assimilé au bolchevisme) va parfois jouer sur une partie de l'opinion  française et  sur l'exploitation qui en sera faite pour discréditer l'ensemble de la gauche.


retourentête.gif (1063 octets)

wpe1.gif (9037 octets)

Thèmes L'unité du socialisme français avant 1920 Le marxisme adapté par Lénine à l'URSS : un exemple à suivre ? La scission et ses conséquences.
Doc. 1   M. Cachin propose d'adopter la démarche russe : un parti fortement discipliné pour permettre une révolution marxiste victorieuse ; l'élimination de la bourgeoisie dans un gouvernement aux mains de ce parti. Une partie de la SFIO va rallier la IIIe Internationale ou Komintern : ce sera la SFIC, futur PCF.
Doc. 2 Le socialisme français était principalement représenté par la SFIO. Il se reconnaissait dans la IIème Internationale et dans les thèses internationalistes marxistes : "Prolétaires de tous les pays unissez-vous".    
Doc. 3 L. Blum rappelle l'unité dans la diversité de la SFIO, telle qu'elle fonctionnait jusque là. Refus de l'allégeance à Moscou et de ses conséquences politiques : épuration de la SFIO, centralisation de la direction ("centralisme démocratique") La scission parait inévitable aux yeux de L. Blum qui reste attaché à la IIe Internationale ("la vieille maison"). Les deux nouveaux partis pourront-ils cependant rester frères ?
Doc. 4   Le projet d'alliance avec l'URSS adopté par le PCF, d'adoption du marxisme- léninisme s'est précisé :
- du point de vue économique, la socialisation des moyens de production.
- du point de vue politique, la "dictature du prolétariat".
- en politique extérieure la création d'"États-Unis d'Europe" se ferait sous la bannière de l'URSS.
Le PCF se concerte davantage avec l'URSS (le komintern) qu'avec la SFIO.
Doc. 5   L'anti-bolchevisme va alimenter toute la propagande anti-socialiste de la droite dans les années 20 et 30.  
Doc. 6     La scission est consommée. Les deux partis issus de la "vieille maison" SFIO sont devenus ennemis et "incompatibles".


retourentête.gif (1063 octets)

wpe1.gif (9037 octets)


wpe16.jpg (854 octets)  Dans quelle mesure, de quelle manière le New Deal fut-il un moyen efficace de lutte contre la crise aux États-Unis dans les années 30 ? 

wpe17.jpg (854 octets) Documents : 

1) L'Agricultural adjustment act (1933, 12 mai) - 2) Le National Industrial Recovery Act (1933, 16 juin) - 3) Photo : L'État finance de grands travaux - 4) Données statistiques (graphiques) : Évolution du chômage et évolutions budgétaires - 5) Discours inaugural de Roosevelt du 20 janvier 1937

wpe17.jpg (854 octets) Accompagnement de la phase 2 d'analyse thématique : 

Sélectionner dans la liste proposée ci-dessous les thèmes qui vous conviennent le mieux, volontairement présentés dans le désordre. A vous de sélectionner ceux (de deux à quatre) qui vous semblent les mieux appropriés au traitement du sujet. Vous pouvez aussi les reformuler différemment ou en proposer d’autres :

De grandes mesures – Des mesures insuffisantes pour retrouver la voie d’une reprise durable – Les mesures et leurs effets dans les domaines sociaux -  La situation en 1933 – Résultats et effets des mesures adoptées –  La situation en 1937 - Le New Deal : une évolution du capitalisme américain – Les mesures et leurs effets dans les domaines économiques

wpe17.jpg (854 octets) Identification des principales difficultés rencontrées

- Nécessaire re-formulation des informations tirées des documents : elle doit intervenir dès la phase 2 de manière à mieux préparer la synthèse. Si l'on se contente, lors de l'analyse thématique, de recopier des extraits des documents, le risque est grand de reproduire de la paraphrase dans la synthèse. 
- Principales difficultés dans l'exploitation des documents : interprétation des documents 4 : idée de "force de travail" ; confusion entre solde budgétaire et solde commercial ; non prise en compte de la dépréciation du dollar dans l'interprétation de l'évolution du budget, .. 
- La  synthèse : problèmes d'organisation des idées ; quelques problèmes de hors sujet et hors document) ; certains abus de répétitions, redondances ... pour parvenir aux 300 mots ; tendance à être plus ou moins sensiblement en deçà (200 à 250 mots). La synthèse devait rendre compte des deux dimensions de l'intitulé : "dans quelle mesure" ... "de quelle manière". 
- D'une manière générale, d'assez bonnes, voire de bonnes productions pour ce premier essai. 

wpe17.jpg (854 octets) Éclairages complémentaires pour le document 4 à la suite d'une concertation avec le professeur de SES (non exigibles pour le devoir)

- Le rôle actif de l'État n'est pas à interpréter comme une politique keynésienne au sens strict. Roosevelt en 33 ne remet pas en question l'objectif d'équilibre budgétaire et il se fait l'avocat de la réduction des dépenses publiques. 
- La politique budgétaire et fiscale du ND : de 33 à 36 Roosevelt s'efforce de réduire les déficits publics. Mais l'augmentation des dépenses provoque la hausse du déficit public jusqu'en 36. Mais il se réduit ensuite fortement jusqu'en 37 pour reprendre sa croissance ensuite. 
- La politique monétaire : en avril 33, arrêt de la convertibilité en or du $ ; en janvier 34, dévaluation du $ de 40% ; croissance de la masse monétaire. 

wpe17.jpg (854 octets) Éléments de corrigé d'après copies

Phase 1 - Présentation

>> "Les documents 1 et 2 (qui sont des textes de lois, documents officiels) nous permettent de constater l'existence d'une situation désastreuse trois ans environ après les débuts de la crise puisque tous deux datent de l'année 1933. Les documents 4a et 4b (graphique et tableau) contribuent à décrire cette période. 
En regardant la photographie du document 3 et en se reportant aux documents 1 et 2 nous pouvons constater les solutions apportées par le New Deal
Le document 5 (discours d'investiture de Roosevelt au début de son deuxième mandat en janvier 1933) ainsi que les documents statistiques 4 a et b nous permettent d'évaluer les résultats des mesures adoptées." (Lisa O.)
>> "Les documents 1, 2 et 5 sont tous les trois des documents officiels. Les deux premiers datant de 1933 évoquent deux ensembles de mesures économiques phares du New Deal (dans les domaines de l'agriculture et de l'industrie). Le discours d'investiture de Roosevelt au début de son deuxième mandat en 1937 établit un premier bilan du ND et pose la question de la politique à venir." (Kaéna H).

Phase 2 - Analyse thématique 

Exemples de sélections de thèmes pertinentes : 
1) La situation de 29 à 33 - De grandes mesures - Leurs effets et résultats 
2) La situation en 33 - Les mesures adoptées - Leurs résultats au début du deuxième mandat de Roosevelt. 

Thèmes Le New Deal, une évolution du capitalisme américain Contenus économiques et sociaux des mesures adoptées et leurs résultats positifs Des mesures insuffisantes pour retrouver la voie d'une reprise durable
Doc. 1 Intervention de l'État (le Congrès) par le biais de l'AAA dans le fonctionnement de l'agriculture Maintien de l'équilibre entre production et consommation pour éviter la chute des prix agricoles et garantir un revenu suffisant aux agriculteurs = mesures économiques et sociales du ND.  
Doc. 2 Une autre loi (NIRA) traduit aussi l'intervention de l'État dans le domaine industriel, donc dans l'économie Mesures économiques : réorganisation de l'appareil industriel. Mesures sociales : favoriser le pouvoir d'achat, réduire le chômage  
Doc. 3   Les grands travaux financés par l'État dans le cadre de l' "USA Work Program" permettent de résorber le chômage.   
Doc. 4 Les dépenses de l'État (déficit budgétaire), le programme des grands travaux favorise la diminution du chômage La courbe montre une diminution de 11,4 points du chômage dans la période de 1933 à 1937 On remarque, à partir de 1937, une reprise sensible du chômage. Le nombre de chômeurs ne retrouve pas son niveau de 1929. 
Doc. 5 Le discours de Roosevelt, démocrate, au début de son deuxième mandat rappelle le rôle de l'État dans les avancées économiques et sociales et la transformation du capitalisme en faveur de plus de justice.  Le bilan présente positivement les résultats du ND Roosevelt constate qu'une part importante des américains vit encore dans la précarité, malgré le ND


d'après Kaéna H


Phase 3 - Synthèse (extraits, exemples d'après copies)

- Quelques mots et idées clefs attendus et utiles : intervention de l'État, politique de grands travaux, keynésianisme (voir ci-dessus), solde budgétaire, dépenses publiques, politique de relance (par les dépenses de l'État), mesures législatives, sur-production et sous-consommation, .. 
- Aérer la présentation pour mieux rythmer  la synthèse. 

>> "Confronté à la gravité de la crise débutée en  1929 et qui ne cesse de prendre de l'ampleur, le nouveau président démocrate Roosevelt veut agir.
En effet, la situation économique est catastrophique. Les problèmes sont sérieux dans l'agriculture, dans l'industrie, les échanges internationaux se contractent. Par ailleurs le nombre de chômeurs augmente et les recettes de l'État diminuent.  
Aussi, Roosevelt propose le "New Deal" (nouvelle donne) qui comporte plusieurs mesures. Tout d'abord l'A.A.A. qui tente de rétablir l'équilibre entre production et consommation. Puis le NIRA dans le domaine industriel. (...)" Lisa O.


>> "Dès son entrée en fonction en 1933, le président Roosevelt adopte un projet de restructuration de l'économie des États-Unis pour enrayer la crise : le New Deal. Il comporte plusieurs mesures à travers lesquelles l'État intervient davantage dans la vie économique, par exemple l'AAA et le NIRA. Le retour à un équilibre entre production et consommation dans l'agriculture ou, pour l'industrie, l'élimination de pratiques commerciales déloyales en sont des exemples. En engageant de telles mesures, Roosevelt met l'État à contribution : on observe une augmentation considérable de ses dépenses (elles passent de 4 à 7 milliards entre 1933 et 1937).

Ces mesures ont des résultats spectaculaires. Les avancées sociales sont importantes : hausse du niveau de vie, baisse du chômage. Pourtant on observe quelques fragilités persistantes. En effet l'intervention de l'État dans la vie économique implique un solde budgétaire déficitaire, un contrôle important des activités économiques. Est-ce applicable à long terme ? La reprise sensible du chômage à partir de 1937 n'est-elle pas un signe des limites du système ? Roosevelt n'en prend-t-il pas conscience lorsqu'il relève, en 1937, le maintien de la misère pour de nombreuses familles ?" Kaéna H.

>> "Lorsque Roosevelt arrive au pouvoir en 1933, la crise est à son plus haut niveau. La situation économique est très grave. En effet, l'État a un déficit budgétaire de 1,3 milliards de dollars. De plus, le pouvoir d'achat des consommateurs baisse, l'industrie est désorganisée et plus d'un quart de la population active est au chômage. Tous ces éléments font que le niveau de vie de la population américaine se dégrade très vite. Roosevelt lance alors son programme : le ND. Le but est de sortir le pays de la crise. Pour cela il est nécessaire de relancer la consommation en augmentant le pouvoir d'achat. Il faut également trouver un équilibre entre production et consommation, réorganiser l'industrie afin de relancer les échanges et surtout réduire le chômage en adoptant des aides pour le retour à l'emploi. C'est pour cela que sont lancés les grands travaux. Un grand nombre de chômeurs est employé afin de construire des ponts, barrages, routes. .. 
Toutes ces mesures ont des résultats plutôt positifs. En effet, en 1937, la situation est beaucoup moins critique. D'un point de vue social il y a davantage de justice et le chômage est revenu à 7,2 millions.  Cependant des progrès doivent être encore réalisés car le niveau de vie de la population reste insuffisant, le déficit budgétaire est souvent important. La route est encore longue." Solenn R.  

retourentête.gif (1063 octets)

wpe1.gif (9037 octets)

 

wpe16.jpg (854 octets)  La Russie soviétique vue par ses visiteurs : images ou réalités ?

D'après les documents proposés par le manuel Bertrand Lacoste pp. 212 - 213
1) Pierre Pascal, attaché militaire français, normalien et agrégé, témoigne de son voyage en Russie soviétique (En Russie rouge, Librairie de " L'Humanité ", 1921)
2) Couverture du mensuel " Russie d'aujourd'hui " - Novembre 1937
3) Autres récits de voyage : a) Hostile à la reconnaissance en 1924 de l'URSS par la France, le romancier Henri Béraud confie ses impressions - Ce que j'ai vu à Moscou - Editions de France - 1925 b) Pour lui répondre, L'Humanité (le quotidien) confie un reportage au journaliste communiste Paul Vaillant-Couturier - Un mois dans Moscou la Rouge, La Vérité sur l' " enfer " bolchevik - 1926 c) Lorsqu'il accomplit son voyage en URSS, Henri Lartigue est secrétaire du syndicat CGT des employés communaux - La Vérité sur l'URSS - Editions de l'AUS - 1937
4) Interrogé en 1977, Pierre Pascal, qui a rompu avec le communisme en 1933, tâche de comprendre comment il a pu formuler de tels jugements - Propos recueillis par Fred Kupferman - Au pays des Soviets - Gallimard - 1979
5) Nous sommes bien heureux - Caricature de Phil - L'Espoir français - 1935


wpe17.jpg (854 octets) Principales sources de difficultés

La compréhension de la nature du sujet, des documents.
Le sujet supposait un travail de “ mise à distance ” des documents. Ce n'était pas un sujet sur l'étude du totalitarisme soviétique mais sur l'image qu'il donnait à l'extérieur, sur les représentations qu'il suscitait. La présentation des documents - Un rapide cadrage événementiel des documents était souhaitable : de 1921 (fin du “ communisme de guerre ” et pause envisagée par Lénine) à 1937 (purges, deuxième plan quinquennal) et un document “ tardif ” de 1977. Il était très intéressant de noter que les documents 1 et 4 émanent du même auteur mais … à 56 ans de distance ! - La présentation des textes par “ nature ” différente entre “ images ” et textes ne semble pas très pertinente. Il était plus intéressant de faire la distinction entre les documents dont la source provenait du PCF et des ses sphères : L’humanité, la CGT (1, 2, 3b, 3c) et les autres. Le point de vue des premiers sur l’état de la Russie soviétique sera forcément différent.

L’analyse thématique

> Problème habituel du choix des thèmes. Parfois, ils n’ont pas beaucoup de rapport avec le sujet.
> Exemples d'intitulés de thèmes qui ne renvoyaient pas bien à la problématique :
- la Russie : un peuple heureux et libre / Une liberté loin d'être totale
- la Russie à l'issue de la Révolution / le régime devient totalitaire

La synthèse :
Trop longues ou trop courtes - Ne répondant pas au sujet et à sa problématique - Des hors documents et donc trop proche d’une mini composition. D'une manière générale : les problèmes de rédaction ; trop d'imprécisions, abus des pronoms personnels "ils", "on" ou "les français" sans que l'on sache de quoi, de qui il s'agit.

wpe17.jpg (854 octets) Quelques éléments de corrigé d'après des extraits de copies

La présentation

"A la fin de la première guerre mondiale, Lénine est au pouvoir en Russie (oct. 1917). Le "communisme de guerre" commence alors. En 1924, lui succède à la tête du PCUS : s'en suivent de multiples changements, politiques, économiques, sociaux. Si, d'un côté, la Russie devenue l'URSS, semble être un régime totalitaire où les libertés sont inexistantes, nous verrons également que l'URSS, menée par Staline, le "petit père des peuples" suscite l'admiration et le respect comme en témoignent H. Lartigue (doc. 3c), Paul Vaillant-Couturier dans l'Humanité (journal du Parti Communiste Français - doc. 3b) ainsi que le doc. 2. Pierre Pascal, quant à lui, si dans un premier temps il admirait cette Russie (doc. 1), il semble en 1977 avoir changé d'avis (doc. 4). Comme en témoignent également les docs. 3a et 5, la Russie soviétique dissimulerait alors le système de terreur qu'elle emploie. Mais alors, que croire ? L'image que donne le pays à ses visiteurs : est-ce une illusion ou la réalité ?"
D'après Virginie F.

L'analyse thématique : exemple d'associations de thèmes qui ont été proposés :

> Le plus souvent : - images négatives / images positives / quelle réalité ?
> Mais aussi :
- éloge de la Russie soviétique / critique de la Russie soviétique / Les témoignages sont-ils objectifs ?
- illusions positives / aspects cachés / système de propagande
- la Russie soviétique aux yeux des communistes / le camouflage de la vérité et les moyens de propagande
- L'URSS telle que les soviétiques veulent la montrer / L'envers du décor Ces intitulés renvoient convenablement à la problématique.

Des extraits pertinents d'après les tableaux d'analyse (juxtapositions, il peut y avoir des redondances) :

> Doc. 1 : L'Humanité : journal favorable aux idées de la IIIe Internationale, donc favorable à l'URSS. C'est un journal communiste. Le criminel doit être "régénéré" : en fait il s'agit de camps de travail où sont envoyés les opposants au régime qualifiés de criminels. En 1921 : le régime est encore à ses débuts.

> Doc. 2 : Un couple (probablement paysan et prolétaire) qui parait heureux .... sous entendu satisfait du communisme. Le régime repose sur les classes populaires. A l'arrière plan : une carte de la Russie avec un grand nombre de routes (infrastructures) = la réussite de l'aménagement du territoire. Le pays est grand et uni (la carte). La Russie soviétique montre une belle image à l'égard des autres pays. Métamorphoses de la Russie. 20e anniversaire : la réussite d'un système à travers des images de joie, de fête. Le régime encourage ce type de représentation du peuple et ira jusqu'à interdire les représentations négatives.

> Doc. 3a : L'image officielle à partir d'un "parcours admirablement réglé", de voyages soigneusement organisés pour ne montrer que des "modèles". Mais : les prisons secrètes, les fusillades. L'URSS truque le décor. La Russie "bluffe" ses visiteurs en ne présentant que ses aspects montrables. C'est trop beau : même les prisonniers mènent la belle vie. Tout est en apparence merveilleux. Le pays veut montrer sa réussite économique. Délation, privation des libertés : tout est surveillé. Le double visage du pays.
>  Doc. 3b : Le reporter est communiste. Pays prospère grâce à l'omniprésence de l'Etat. Economie du pays entièrement sous le contrôle de l'Etat, seul régulateur. L'image de Lénine veille sur tout ce peuple

>  Doc. 3c : La CGT est proche du PCF. La population fait preuve d'un civisme incroyable : ils ne boivent plus d'alcool ! Est-ce vraisemblable, crédible ? L'image du pays semble saine : même trop saine ! Mais aussi une image qui imite celle de la réussite américaine : les longues voitures de type américain. 

>   Doc. 4 : Propos de 1977 : recul par rapport aux événements et au témoignage des années 20. Ce qui a été montré de la Russie n'était qu'une image, les militants (communistes français) qui s'y rendaient étaient manipulés : on ne leur montrait que le positif. Les militants communistes étaient facilement bernés par les communistes soviétiques : on ne leur montrait que l'illusion de la réalité. En fait les opposants étaient envoyés dans des camps en Sibérie. Crédulité, aveuglement des visiteurs. Ils décrivaient des choses invraisemblables.

>  Doc. 5 : Image du contrôle de l'Etat sur l'individu. Pouvoir trop fort de l'Etat (police politique, NKVD). Obligation de se montrer satisfait de l'Etat. Contradiction entre la pancarte et le personnage en premier plan. Les travailleurs sont obligés de se montrer heureux (le "héros positif"). Population apeurée et soumise au régime. La caricature dénonce le régime

Synthèses : des exemples

1) "La Russie de l'entre-deux-guerres a été perçue de différentes manières. Ainsi, les uns la voyaient comme le pays idéal alors que d'autres la percevaient parsemée d'horreur et de sang. Selon les dire de certains français, les russes étaient des gens herueux, mangeant à leur faim et habillés comme il le fallait. De plus l'Etat prenait soin des "déviants", qui étaient conduits dans des endroits où ils étaient rééduqués par le travail. Lénine, puis Staline, veillaient à leur confort. Pour favoriser la diffusion de cette vision, des journaux (L'Humanité, Russie d'aujourd'hui) peignaient un monde soviétique idéal, propageant ainsi les idées du communisme soviétique en France. Ce monde utopique sera contredit par certains. En effet, alors que cette presse décrit un univers idéal, "magique", d'autres évoquent les camps où les conditions de vie sont très dures, de tristesse, d'exécutions ou de déportations. Ils montrent la pression que l'Etat exerce sur les citoyens condamnés à se méfier de la moindre personne, proche ou non. (..) Les visiteurs de la Russie ont vu différentes choses : des illusions pour certains, pour ceux voyant un pays sans problème, pas plus économique que social ou politique. D'autres ont vu la réalité : un pouvoir fondé sur la répression, la terreur, où les déportations étaient massives (..)"
Virginie F.

2) " En octobre 1917, la révolution amène au pouvoir en Russie les bolcheviks. Cette victoire du bolchevisme réjouit ou inquiète les pays extérieurs mais elle ne laisse pas indifférent. Des français vont se rendre en Russie soviétique. Au retour du voyage, deux types de réaction peuvent être observées. D'un côté, certains visiteurs reviennent avec une image idyllique de la Russie soviétique et vantent la prospérité économique du pays, une justice exemplaire et décrivent les russes comme des individus satisfaits et heureux. Ces témoins ne trouvent aucune faille au système (même la plus infirme) et accréditent tous les points positifs du régime. A contrario de cette image d'un système parfait, certains se posent en détracteurs du régime. En effet, ces témoins n'hésitent pas à parler de violences (prisons secrètes, tortures) omniprésentes, d'une ambiance morne (des individus sans joie de vivre) mais aussi terrifiante (la surveillance). Ces deux types d'impression, fondamentalement opposées, font comprendre qu'une certaine hypocrisie est de mise. Comment peut-on d'un individu à l'autre passer d'une Russie soviétqieu paradisiaque à une Russie soviétique totalitaire ? En se replaçant dans le contexte de l'époque et en observant les sources d'information, un constat peut être fait : les défenseurs de la Russie soviétique correspondent aux syndicalistes de la CGT, aux membres du PCF, bref des sympathisants aux idées de base du régime soviétique. On peut se demander si leurs aspirations ne leur cachent pas la véritable situation de la Russie. A trop mettre leurs espoirs dans cet idéal, ceux-ci oublient de regarder les dérives du système. D'ailleurs l'horreur décrite par certains auteurs est telle qu'ils ne veulent pas croire à ce qu'ils considèrent comme de la diffamation. Ceux-ce gardent l'illusion d'une conformité entre leurs idées et leur mise en oeuvre. Ilusion d'un paradis ou illusion d'un enfer ? Plus d'un demi-siècle après on en connait mieux les réalités." -
305 mots - Kaéna H.


Pour compléter, des lectures pour l'été (parmi d'autres) en vue de l'année de terminale :

- André Gide : Retour de l'URSS - 1936 ; Retouches à mon retour de l'URSS - 1937
- Eric J. Hobsbawn - L'âge des extrêmes - Histoire du court XXe siècle - Editions Complexe - 1999
- F. Furet, Le passé d'une illusion. Essai sur l'idée communiste au XXe siècle, Paris, Laffont-Calmann-Lévy, 1995, repris dans "Le Livre de poche", Hachette, 1996
- S. Courtois, N. Werth, et Alii ... Le livre noir du communisme, Robert Laffont, 1997


retourentête.gif (1063 octets)

wpe1.gif (9037 octets)


Dernière mise à jour : 2-06-2001

Page conçue et réalisée par S. Tabarly, professeur d'Histoire-Géographie à Rennes http://perso.wanadoo.fr/stabarly/  
mail : prof.hg@caramail.com